Home Pre-Universitaire première rencontre entre Gouvernement et SLECG : Aboubacar soumah satisfait et rigole...

première rencontre entre Gouvernement et SLECG : Aboubacar soumah satisfait et rigole sans cesse

256
0
SHARE

Du sourire aux lèvres du syndicat, Aboubacar soumah difficilement qu’il trouve des sourires même par erreur à enfin surpris les médias. Ce lundi 21 janvier 2019, contrairement à l’invitation du ministre de la fonction publique qui avait adressé aux autres syndicats de l’éducation (FSPE, SNE).

Cette invitation qui, sans doute à titillé le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) qui a voulu déclencher une autre grève pour se faire entendre, n’aura peut être pas lieu.Ils n’ont travaillé qu’à trois (gouvernement, SLECG et USTG), à apprends Abdoulaye Sow.« Nous sommes restés dans le cadre de l’accord, donc toutes les parties signataires respectées le contenu du protocole, nous avons discuté ensemble de la mise en place de la commission, de sa structure et de sa composition. Les modalités seront discutées entre les membres de la commission. Donc c’est une avancé honorable dans le cadre du respect de l’accord qui a été signé le 10 janvier dernier », à expliqué Abdoulaye sow lors de sa sortie dans la salle.La chose inoubliable, c’est le dégel du salaire des enseignants grévistes : Selon le secrétaire général du SLECG, Aboubacar Soumah, « ils nous ont rassuré ici que toutes les dispositions sont prises pour qu’en fin de mois, les salaires soient payés avec rappel des trois mois. Pour aujourd’hui nous sommes satisfaits des échanges qui se sont effectués, parce que le protocole a été respecté »Par ailleurs, il a aussi rassuré l’opinion sur le caractère impartial du travail qui sera fourni par la commission, « quand nous venons pour le recensement, nous allons recenser tous les enseignants sans parti pris, parce que ce qui nous intéresse c’est l’amélioration des conditions de vie de tous les enseignants guinéens, sans considération de bord ni d’ethnie » a déclaré Aboubacar soumah sans aucune colère.L’image des enseignants,  qui reste catégorique sur  l’implication des autres structures syndicales indique ceci :  » nous sommes trois à signer l’accord, le SLECG a déclenché la grève, ce sont nos enseignants qui en ont souffert. De Conakry jusqu’à Yomou c’est nous qui avons payé les frais donc c’est nous et seulement nous qui allons procéder au recensement, donc pas question de nous associer avec des syndicats qui n’existent que par le bureau national, pas de structures à la base  » a-t-il précisé.A noter que ses deux parties comptent revenir à table le 24 janvier prochain pour mettre une commission tripartite en place.

Amadou Tidiane Diallo

LEAVE A REPLY