Home College Guinée : 400 000 élèves ne fréquentent pas l’école pour des raisons...

Guinée : 400 000 élèves ne fréquentent pas l’école pour des raisons liées à l’alimentation

73
0
SHARE
Images d'archive
Images d'archives

La vulnérabilité alimentaire touche 21,8% des ménages guinéens et ne favorise pas la scolarisation des enfants en âge d’aller à l’école, déplore le directeur pays du Programme Alimentaire Mondial (PAM), en Guinée.

Le Gouvernement guinéen a entamé des discussions avec le Fonds des nations unies portant principalement sur la sécurité alimentaire et les opportunités de coopération concernant le programme national des cantines scolaires dont bénéficient plus de 240.000 Élèves à travers le pays.

À la sortie de l’audience, le Directeur pays, Hyoung Joan LIM a souligné que “3,2 millions de personnes vivent dans des conditions défavorables, dont 1 million en situation de crise pendant la saison des pluies. (…) 400 000 élèves ne fréquentent pas l’école pour des raisons liées à l’alimentation… Nous, systèmes des Nations Unies, sommes ici pour combler le déficit alimentaire… Nous allons atteindre zéro faim à travers l’implication de toutes les parties prenantes », a-t-il déclaré.

En 2018, les résultats de l’Analyse Globale de la Vulnérabilité, de la Sécurité Alimentaire et de la Nutrition (AGVSAN) avaient montré que 21,8% des ménages guinéens sont en situation d’insécurité alimentaire, soit 2 459 419 personnes. Parmi ces ménages, 2,4% sont en insécurité alimentaire sévère soit l’équivalent de 272 585 personnes. Si 78,2% des ménages apparaissent en situation de sécurité alimentaire, plus d’un ménage sur deux (51,2%) est cependant en sécurité alimentaire limite, preuve d’une fragilité de la situation de ces ménages.

La situation de nutrition pour les enfants de moins de 5 ans reste précaire : la malnutrition aiguë globale touche 6,1% des enfants de moins de 5 ans dont 1,7% dans sa forme sévère. Par ailleurs, 24,4% des enfants de moins de 5 ans accusent un retard de croissance, ou malnutrition chronique, tandis que 12% présentent une insuffisance pondérale, dont 2,3% dans sa forme sévère.

Guinee360