Home Ecole-Pro ERAM de Labé: « les jeunes de Labé préfèrent s’orienter dans le commerce,...

ERAM de Labé: « les jeunes de Labé préfèrent s’orienter dans le commerce, faire le taxi-moto que de s’inscrire dans une École Technique… »(Inspecteur régional de l’Enseignement Technique)

604
0
SHARE
Souleymane MARA, Inspecteur Régional de L'Enseignement Technique de la Formation Professionnelle de Labe

Même si les cours ont repris depuis le mois de mars dernier à l’École régionale des arts et métiers (ERAM) de Labé, mais malheureusement le constat révèle que nombreux sont ces Élèves orientés dans cet Établissement qui brillent toujours par leur absence.

Une situation que déplore l’Inspecteur régional de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle de Labé.

« Je suis vraiment désolé qu’à Labé, pendant le concours de recrutement d’accès à l’ERAM, il n’y a eu que 16 Candidats pour Labé. Nous avons inscrit dans notre agenda de sortir et aller dans les Écoles (Lycées et Collèges), faire des sensibilisations. Passer dans les radios privées, faire des tables rondes pour expliquer la nécessité de s’orienter à l’Enseignement Technique. Mais avec ce refus de fréquenter les cours à l’ERAM de Labé, ces jeunes doivent changer de mentalité. C’est pourquoi j’invite les Élèves et leurs parents à une certaine responsabilité, car l’Etat a tout mis à notre disposition en termes d’équipement et mobiliers dans le cadre de donner la compétence à la jeunesse de Labé. Mais nous avons le constat très amer qu’au niveau de la région administrative de Labé beaucoup ont plus la tendance de s’inscrire ailleurs. Si je prends par exemple la région administrative de Boké et de Nzérékoré, la plupart de ceux qui sont inscrits c’est des bah, des Diallo, des sow…mais à Labé, il ya une certaine réticence, certainement qui est due à des contingences sociales. Les jeunes de Labé préfèrent s’orienter dans le commerce, faire le taxi-moto que de s’inscrire dans une École Technique. C’est le bon moment pour ces jeunes de se mettre au travail pour qu’ils soient utiles à eux-mêmes, car on dit souvent, ce qu’on n’a pas préparé pendant la jeunesse, on ne pourra jamais récolter cela pendant la vieillesse », affirme au micros de mosaique ,Souleymane MARA.

LEAVE A REPLY