Home Campus Enseignement Supérieur : L’ANAQ lance la première édition des Olympiades Nationales Universitaires...

Enseignement Supérieur : L’ANAQ lance la première édition des Olympiades Nationales Universitaires de Guinée

140
0
SHARE

Le Secrétaire Général du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation a procédé au lancement de la première édition des Olympiades Nationales Universitaires de Guinée ce samedi 27 Avril 2024. Cette compétition est organisé par de l’Autorité Nationale d’Assurance Qualité. Cette première édition met en compétition 40 Étudiants dans trois domaines différents issus de 14 Universités Publiques et Privées différentes.

Les Olympiades Nationales Universitaires de Guinée sont un concours qui met en compétition les Étudiants des Universités Publiques et Privées du pays dont les programmes de formation ont été accrédités par l’ANAQ. Cette année, elles sont au nombre de 14 Universités à avoir pu présenter des candidats. Après une première phase de présélection dite Institutionnelle, 40 Étudiants ont été retenus dans les domaines des Sciences Sociales, des Sciences Exactes et des Sciences Humaines et Agronomiques.

L’objectif, selon le Secrétaire Général du MESRSI qui est également le Président du Comité d’organisation des Olympiades Nationales Universitaires de Guinée, vise à créer une émulation dans les Institutions d’Enseignement Supérieur de notre pays.

« Donc je pense qu’aujourd’hui, il faut amener les jeunes de Guinée qui sont dans nos institutions d’enseignement supérieur à travailler pour, en fait, être mieux outillés à servir notre pays. Donc les Olympiades, c’est une occasion pour nous en fait de créer les conditions d’émulation entre les institutions d’enseignement supérieur de notre pays, les étudiants des instituts d’enseignement supérieur », explique le Dr Facinet CONTE.

Cette première édition reste très importante aux yeux de l’Agence Nationale d’Assurance Qualité qui l’organise. Cette première phase constitue une phase pilote pour les organisateurs qui ambitionnent de faire participer les étudiants guinéens aux différentes compétitions sous-régionales.

« Nous avons voulu mettre en relation les étudiants guinéens avec les étudiants afin qu’ils participent aux compétitions sous-régionales dans les années à venir. Donc, et pour nous, c’est un exercice qui permettra aux étudiants de savoir comment les Olympiades se déroulent, quelles sont les contraintes et comment il faut s’y préparer. C’est une phase pilote. Nous estimons que l’année prochaine nous allons intégrer beaucoup d’autres domaines parce que cette année, nous avons pris 3 domaines. Mais l’année prochaine, je pense que nous pourrons prendre les domaines des sciences juridiques et politiques, la médecine et autres domaines », dit le Pr Kabinè OULARE, Secrétaire Exécutif de l’ANAQ.

Du côté des Étudiants qui prennent part à la compétition, on salue l’initiative. « Nous sommes là dans le cadre d’un concours organisé par l’ANAQ. Hier et aujourd’hui, on a été évalués dans trois épreuves dont deux écrites et une orale. Aujourd’hui, on a fait culture générale. Nous sommes à la pause et après, nous allons rejoindre la salle pour l’épreuve orale. Disons que les épreuves sont abordables, parce qu’on arrive à s’en sortir. Mais les surveillants sont très stricts dans la salle, pas de communication entre les candidats que nous sommes. Les épreuves pratiques sont les Mathématiques, la physique et culturelle générale. Dans chaque épreuve il y a l’oral et l’écrit », a ainsi confié Sadou BARRY, de l’Université Aguibou BARRY.

Les Étudiants qui participent à ce concours se félicitent du bon déroulement de cette compétition. Fatoumata FOFANA est étudiante en L2 Biologie à l’Université Julius NYERERE de Kankan.

« Nous avons commencé dans les instituts et universités et on a été évalués dans les meilleures conditions avec rigueur. Et les meilleurs qui ont été retenus sont venus pour le concours national. Et une fois ici aussi les concours se passent dans les meilleures conditions car on est bien encadré et il y a beaucoup de rigueur. Le contrôle est strict. Il n’y a pas de communication. Ça nous permet de connaître qui est qui et qui peut représenter le pays lors des compétitions sous-régionales », affirme-t-elle.

Cette compétition sera sanctionnée par une remise des trophées aux lauréats de cette première édition qui aura lieu le 17 mai prochain à Labé lors d’une grande cérémonie organisée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation.

MAliou Bah