Home News Institut Panneaux de signalisation, ses prédécesseurs, perspectives : Le nouveau DG de l’IST...

Panneaux de signalisation, ses prédécesseurs, perspectives : Le nouveau DG de l’IST Mamou à cœur ouvert !

514
0
SHARE

L’Institut Supérieur de Technologie de Mamou poursuit son bonhomme de chemin. Nommé à peine quatre mois à la tête de l’institution, Dr Hamidou BARRY salue le travail abattu par ses prédécesseurs.  Le nouveau Directeur Général qui s’inscrit dans la continuité veut faire de l’Institut un hub technologique au service du pays. Créé en 2004, l’IST en dépit de sa jeunesse, enregistre des acquis non négligeables. Avec plusieurs brevets à son compte, il met à la disposition des différents segments de la formation, des jeunes cadres qui marquent leurs environnements.

« Nous avons trouvé qu’il y a eu du travail qui a été fait. Il faut être reconnaissant par rapport aux ainés qui se sont succédé à la tête de l’institut et qui ont fait leur part du boulot. Il appartient à nous autres de la nouvelle génération de poursuivre ce travail-là, de corriger les imperfections et d’avancer. L’Idée c’est de faire de l’Institut un hub technologique au service du pays. Aujourd’hui, la technologie c’est le moteur de nos différentes économies. Donc, comme le disait quelqu’un, il ne faut pas rater la dernière révolution qui est la révolution technologique », rappelle Dr Hamidou BARRY.

Il faut noter que récemment, l’installation à Mamou des panneaux de signalisation confectionnés par des étudiants de l’IST avait fait la une des réseaux sociaux.

 « Je tiens à remercier particulièrement Mme la Ministre de l’Enseignement Supérieur qui nous a facilité la tâche… Nous avons trouvé des panneaux de signalisation qui étaient déjà confectionnés. Certes, il y avait des difficultés. Il fallait aussi les améliorer. Donc, nous avons discuté avec les jeunes qui ont fabriqué ces panneaux, l’enseignant, le laboratoire qui a encadré la fabrication des panneaux. Nous avons pris l’initiative avec les jeunes là de les installer, d’abord pour expérimenter leur fonctionnement, pour pouvoir les corriger au fur et à mesure et montrer au public que ça fonctionne. Aujourd’hui, ils sont installés, ils régulent la circulation, c’est du concret », indique-t-il, tout en laissant entendre que ces panneaux contiennent de la technologie avancée contrairement à la plupart de ceux qui existent dans le pays.

 « Il y a beaucoup de modules embarqués dans ces feux. Ils sont hybrides, ils peuvent fonctionner à la fois à l’énergie solaire et au réseau national, il y a un module alternateur, c’est-à-dire que quand il y’a le courant EDG, les batteries se mettent en veille. Le courant prend le relai et fait fonctionner les feux et dès que le courant part, instantanément les batteries prennent le relai. Il n’y a pas de rupture. Ensuite, il y a la possibilité aujourd’hui de contrôler les feux. A partir d’un téléphone, le policier peut donner un sens à une voie. S’il y a un cortège par exemple, on met le feu vert pour la voie que le cortège va emprunter, il peut chronométrer la durée pour maintenir la fluidité à la voie du cortège. Ensuite Il reprend le fonctionnement normal sans aucun problème », souligne-t-il.

Parlant des perspectives, Dr Hamidou BARRY ambitionne de doter l’IST d’outils nécessaires pour être un centre d’excellence aux normes internationales. 

« Les perspectives sont de faire de l’Institut un hub technologique au service du pays. C’est-à-dire nous allons monter en gamme dans les différents laboratoires que nous avons. Il y a des projets avec des partenaires qui sont en train de se mettre en place. On aura des Tech hub au minimum 2. Ensuite, il y a des initiatives de type Partenariat Public-Privé. Mettre un certain nombre de dispositifs permettant aujourd’hui de faire suivre des cours à distance à nos étudiants, parce qu’actuellement on est obligé de déplacer les gens pour venir donner certains cours et je précise que cela coûte extrêmement cher. Mais on aura mis toutes les conditions nécessaires en place, je pourrais mobiliser n’importe quel expert au monde pour me faire un cours à Mamou », confie le Directeur Général.

Par ailleurs, Dr BARRY témoigne sa reconnaissance à ses prédécesseurs.

« La reconnaissance souvent vaut mieux que l’argent. Quand un cadre a servi son pays pendant une quarantaine d’années, il faut le lui reconnaitre. Est-ce que tout a été parfait ? Croyez-moi, non, il y a eu beaucoup de ratés, mais ça c’est inhérent à la vie. Pr Mamby a cru, il a formé des cadres qui lui ont permis de mettre l’Institut en place.  Pr Kanté est venu bâtir les infrastructures que nous avons, il a réussi à faire vivre l’Institut. On peut les critiquer, mais ils ont fait leur mieux. Ne pas le reconnaitre, c’est intellectuellement malhonnête. Nous ne partons pas de rien, il y a une base… ce qui fait que dès mon arrivé, on n’a pas eu du mal à mettre la machine en route. Les résultats que nous avons, on ne pouvait pas les avoirs si on était parti du néant », a-t-il fait savoir.

Depuis Mamou, Interview réalisé par : SOW Telico

Tel : 00224 622 98 10 01

LEAVE A REPLY