Home Campus Immersion du Conseil des Directeurs des Institutions de Recherche Scientifique en Guinée...

Immersion du Conseil des Directeurs des Institutions de Recherche Scientifique en Guinée Forestière

443
0
SHARE

En marge de leur réunion semestrielle tenue à N’Zérékoré, le Conseil des Directeurs des Institutions de Recherche Scientifique et des Centres de Documentation et d’Information a effectué deux visites guidées ce Vendredi 17 Mai 2024, dans des Centres de Recherche situés en Guinée forestière.

Le premier lieu visité fut la Station Scientifique du Mont Nimba. Dans cette réserve de Biosphère, la délégation a exploré plusieurs sites désormais considérés comme touristiques, notamment la « Case laboratoire » construite avant l’indépendance de la Guinée. Selon le Directeur de la Station, Dr Simon Pierre LAMAH, cette case est célèbre pour avoir accueilli Ahmed Sékou TOURE, père de l’indépendance guinéenne, et l’ancien Président Ivoirien Houphouët BOIGNY, il y a plusieurs décennies, pour discuter des relations entre leurs deux pays. Malheureusement, cet édifice est aujourd’hui dans un état de délabrement avancé.

Les responsables de la Station ont ensuite conduit leurs invités à l’herbier, où différentes espèces floristiques sont conservées. Ils ont partagé les difficultés rencontrées dans la conservation de ces espèces.

La délégation a également visité la tombe de Richard MOLLA, un Géographe Français décédé accidentellement sur ce site, avant de se rendre dans la salle de conférence portant son nom. La visite s’est terminée par une exploration de la grotte « Blindé », située dans la zone du Mont Nimba.

Après cette longue visite de la Station Scientifique du Mont Nimba, le conseil a poursuivi son périple à l’Institut de Recherche Environnementale de Bossou, situé à plus de 1000 km de Conakry, dans la préfecture de Lola. La délégation y a été accueillie par M. Paul LAMAH, Premier responsable de l’Institut, qui a énuméré plusieurs difficultés dans la gestion du centre. « Nous avons un problème de réseau de communication, ce qui fait que nous recevons les messages des autorités tardivement. D’autres difficultés concernent les moyens de déplacement, l’état des routes et la gestion des ressources naturelles. La population pense que nous les avons expropriés de leurs terres au profit de la conservation, » a-t-il expliqué.

De nombreux étudiants issus de l’Université de N’Zérékoré et de l’ISSAV de Faranah viennent faire des stages dans cet Institut de Recherche Environnementale.

De retour de Lola, SOW Telico pour Univ Actu.com