Home College Les deux SLECG: faut-il parler d’un début d’entente entre Kadiatou BAH ...

Les deux SLECG: faut-il parler d’un début d’entente entre Kadiatou BAH et Aboubacar SOUMAH ?

28
0
SHARE

C’est une image qu’on pouvait imaginer impossible, il ya quelques années. Entre Aboubacar SOUMAH et Kadiatou BAH du SLECG, l’entente semble encore retrouvée sa sérénité.

Les deux qui étaient viscéralement opposés depuis 2017 à cause du leadership de cette structure syndicale, aujourd’hui, les images parlent d’elles-mêmes, les deux syndicalistes affichent une ‘’entente’’ dans le but de favoriser l’intérêt des Enseignants.

C’était à la faveur du lancement des travaux de l’atelier préparatoire de la rentrée Scolaire 2021- 2022 dans la salle de fête de l’Université  Gamal Abdel NASSER de Conakry l’Université qu’ils ont pausé avec le sourire aux lèvres.

« On est obligé d’aller ensemble hein ! Mais je crois qu’avec la force de choses, nous parviendrons à nous mettre ensemble. Il ya de l’espoir. En tout cas de mon côté, il n’y a pas de problème » a dit Aboubacar SOUMAH.

 Pour sa part, dame Kadiatou BAH déclare toujours avoir souhaité une entente entre les deux SLECG en vue d’une sortie de crise entre les deux factions.

 « Nous avons toujours tendu la main à nos camarades qui sont partis. Heureusement, vous avez constaté que l’atmosphère d’aujourd’hui n’est pas celle que nous avons connue, il y a de cela plusieurs années. C’est dire que les esprits sont en train de revenir petit à petit. Moi je considère que ce fut une incompréhension entre les leaders. Mais que c’est seulement nous les leaders encore qui devraient mettre la balle à terre pour que les enseignants se réunissent aujourd’hui. Parce que tout le monde sait l’œuvre que le SLECG a toujours fait, tout le combat que qu’il a fait pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants».

Concluant, la Secrétaire Générale de l’autre branche du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée pense qu’à l’heure où la classe syndicale doit choisir des représentants pour le Conseil National de la Transition (CNT) qu’il est temps à tous les niveaux de mettre des egos de côté afin que la situation des Enseignants soit réglée.

 Moussa Rama, pour lerevelateur224.com

LEAVE A REPLY