Home College Diplômée en Pharmacie, Issa SY peine à trouver un emploi à cause...

Diplômée en Pharmacie, Issa SY peine à trouver un emploi à cause de son handicap

148
0
SHARE

Madame BARRY Issa SY vient d’obtenir son diplôme en pharmacie hospitalière à l’université Koffi Annan de Guinée. Infirme de son état, la brave dame a surmonté assez d’épreuves pour terminer ses études. Dans la joie qui l’anime, elle éprouve cependant une discrimination, du rejet à chaque fois qu’elle dépose ses dossiers pour un stage ou un emploi.

A cause de son handicap physique, les employeurs qu’elle a rencontrés sous estiment sa capacité intellectuelle « J’ai été dans plus de trois pharmacies avec mes dossiers à l’appui pour le stage ou être employée et je reçois des réponses catégoriques qu’il y a des personnes normales qui ont fini d’étudier et qui n’ont pas eu d’emplois et ce sont elles qui méritent d’être aidées, que d’aider une personne handicapée. Vraiment cela me fait beaucoup mal, mais je me dis que c’est de l’ignorance. Ces gens ne sont presque pas de bons croyants. S’ils croyaient au tout puissant Allah ils allaient réfléchir à comment parler car je ne me suis pas fabriquée », s’indigne-t-elle.

Quand elle était à l’Université, son institution l’a aidée à faire un stage de six mois mais après cette opportunité, elle n’a pas eu de retour. A travers les publications sur les récentes images de sa soutenance sur les réseaux sociaux, la brave dame reçoit des messages de soutien. Elle sollicite l’appui du gouvernement et des personnes de bonne volonté.

« L’appel que j’ai à lancer est que les membres du gouvernement puissent m’aider surtout les femmes ministres et d’autres bords, des bonnes volontés, de me venir en aide à avoir là où travailler et surtout les autres personnes porteuses de handicap lettrées afin qu’on puisse surmonter et qu’on ait le quotidien » plaide-t-elle.

Dame BARRY Issa SY est mariée et mère d’une petite fille de deux ans. Ils résident actuellement à Bintourayah dans la préfecture de Coyah.

Kalenews

LEAVE A REPLY