Home College Grève des Enseignants: le gouvernement pose un nouvel acte qui fâche le...

Grève des Enseignants: le gouvernement pose un nouvel acte qui fâche le SLECG

60
0
SHARE
Abdoulaye SOW,Secretaire Generale de l'USTG

Dans un communiqué rendu public ce dimanche 26 janvier 2020, le ministre en charge du Travail a invité «les syndicats» à une séance de présentation des résultats des opérations d’épuration du fichier des Enseignants. La rencontre aura ce lundi dans l’après-midi.

Alors que ce sont les deux syndicats USTG et SLECG qui sont signataires de l’accord au nom duquel ce travail d’épuration est fait, ces deux entités disent ne pas avoir été saisies officiellement par le gouvernement.

«Nous n’avons pas reçu une invitation et ils ne nous ont pas non plus appelés», réagit Abdoulaye SOW, leader de l’USTG, contacté par notre rédaction . «Les signataires ce sont l’USTG, le SLECG et le gouvernement. Comment on peut appeler tous les syndicalistes du monde ? Est-ce que ça c’est une volonté de régler le problème ?»S’interroge-t-il.

«Nous n’avons pas reçu une invitation. C’est un résultat que nous avons rejeté déjà. On leur a déjà adressé une correspondance pour exprimer notre position par rapport à ces résultats», renchérit Aboubacar SOUMAH, secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG).

Selon Abdoulaye SOW, il s’attendait plutôt à la reprise des négociations puisque la libération des syndicalistes emprisonnés, qui était la condition préalable posée par la partie syndicale, est obtenue.

Des discussions sont prévues à interne pour prendre une position commune les heures à venir. Le SLECG et l’USTG pourraient ne pas prendre part à cette rencontre avec leurs rivaux de l’USTG version Mamou, le SLECG version Kadiatou BAH et le syndicat de l’enseignement supérieur, tous considérés par Aboubacar Soumah comme étant  des syndicats fabriqués par le gouvernement.

Ce nouvel acte pourrait donc emmener le SLECG d’Aboubacar SOUMAH déjà en  grève, à se radicaliser.

LEAVE A REPLY