Home College Examens nationaux : Un syndicaliste souhaite voir le BAC1 et le concours...

Examens nationaux : Un syndicaliste souhaite voir le BAC1 et le concours rétablis en Guinée

208
0
SHARE

Dans quelques heures, les élèves de la terminale entameront les épreuves du Baccalauréat Unique, sur toute l’étendue du territoire national.

Au regard des cas de fraudes relevés lors de l’évaluation des candidats à l’entrée 7ème année etau BEPC, certains acteurs du système éducatif invitent les enseignants à plus d’intégrité.

Comme chaque année, le Baccalauréat Unique est souvent marqué par des cas de fraude. Certains allant même jusqu’à parler de ‘’fraude massive’’ au bac. La pire des accusations entachant cet examen très important étant la ‘’fuite de sujets’’.

A l’évidence, les acteurs souvent concernés sont des élèves et des enseignants. Bien que les autorités éducatives prônent depuis des années, le slogan ‘’Tolérance zéro’’, la fraude aux examens en Guinée persiste.

Mohamed Bangoura, chargé de communication du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG version Aboubacar Soumah), estime que pour le Bac, les enseignants se montreront plus prudents. « Avec ce qui vient de passer pour le BEPC, beaucoup d’enseignants qui seront envoyés dans les différents centres en qualité de surveillants ou de délégués, je crois qu’il y aura une méfiance, une prise de conscience, afin d’éviter ce qui s’est produit pendant le déroulement des épreuves du BEPC. Mais, il est trop tôt pour donner ce jugement », relativise-t-il cependant.

D’ailleurs, il précise que pour qu’il y ait une ‘’évaluation régulière’’ au Bac, il faudrait revenir à l’ancien système. « Mais dans un premier temps, il faut ramener le BAC 1 en République de Guinée. Parce qu’aujourd’hui, quand on voit les élèves de la 11ème ou de la 12ème année, on ne décèle aucune conscience. Or, quand on parle du Bac, c’est tout le lycée, et quand on est en terminale, on doit être en mesure de traiter un sujet venant de la 11ème et de la 12ème », déclare-t-il.

Mohamed Bangoura plaide vivement pour le retour aux deux bacs, car, selon le chargé de communication du SLECG d’Aboubacar Soumah : « Il faut la prise de conscience du côté des enfants. Et pour cela, il faut ramener le BAC1. Parce que depuis l’élimination du Bac1 et du concours  d’entrée à l’université, le niveau de nos apprenants ne fait que régresser de jour en jour », en veut-t-il pour preuve.

SOW Telico pour universiteactu.com

LEAVE A REPLY